CENTURION


sur une paillasse de limaille
le cortège délabré des années
le cuir entamé déchiré
dans la lumière du trémail

sur l'Oural l'oeil vaniteux
esquisse le désir douloureux
de redresser l'échine
de reprendre les brides

ô combien
de victoires luxuriantes
de blessures purulentes
drainent dans mes veines l'amante
vaniteuse amante ma mort lente

et par quelle leçon reçue
ce corps si profondément perclus
dresse vers les jeunes cieux
un dernier regard belliqueux

obsession vaniteuse
sibylle soif délicieuse
lierre d'orgueil mort du roi
la sève reprend ses droits
et l'homme centurion
autel de douleurs égrenées
à l'heure du septentrion
guerrier admiré ressuscité
et aujourd'hui
encore une fois grandi
en guide fidèle
il s'incline devant son messie

par ce cuir déchiré
ce chapelet de douleurs égrenées
tant de choses sont dites
il n'y a plus de peine

aujourd'hui
il remerçi son ennemi
gloire a la vie
gloire à la vie

Réalisation & Copyright ® Dugacek Bernard. All rights reserved.