Toiles extraites de l'exposition " structures et nature"

Disponible sur le catalogue de EXPO 2017

accompagnée bien sûr de son texte original.

 

L’Équilibriste

Ce matin comme tous les matins du monde, avant de retrouver sa poutre. il échauffera avec soin ses articulations et ses chevilles fragiles.

Alors seulement, lorsque chacun de ses muscles aura repris sa juste place et retrouvé la tension nécessaire à l'indispensable équilibre du corps et de l'esprit qu'il passera à «  l'Ordre du jour ».

La matinée sera nuageuse.

Il lui faudra atteindre la Vallée avant midi et longer les rives sablonneuses du fleuve jusqu'au vieux pont maltraité par l'hiver.

Après un repas frugale, il remontera le sentier rocailleux par son versant le plus escarpé. Une torture pour les chevilles. Une  vrille  sera parfois nécessaire pour retomber sur ses pieds.

Mais qu'importe, suivre le cap, la poutre.

Fringale à l'heure de Midi. Soleil de plomb dans la Vallée.A l'ombre d'un acacia. Du pain .Un fruit. Du silence et la sieste. Un repos indispensable avant de poursuivre « l'Ordre du jour ».

Trouver aujourd'hui encore de nouvelles forces, puiser dans ces ressources et reprendre la route sur la poutre.

Telle est sa vie, sa vie d’Équilibriste.

Mais tout pèse à cette Heure. Les années se comptent en longueur de pas . La poutre avec l'âge s'est fraillée un sentier de feuilles dans l'espace temps de l' existence . Le suivre semble alors la banale affaire. Une ballade de corneilles, de moutons.

Même en chantant l'horizon se dérobe. Son corps est devenu une horloge qui l'assigne à la tâche d'un lendemain sans fin.

Remonter sur la poutre, jusqu'à l'épuisement des chairs qui nous somme de lever les yeux. Tout se tient dans la rosace. Finit la saison des pluies rebelles.

La dérive du regard vers les cieux provoque l'irrémédiable déséquilibre . La chute dans le grand vide . Nécessaire. Indispensable pour se défaire de la faim de la soif.

Et poursuivre ainsi sa route d’Equilibriste sur une poutre de lumière.

B.DUGACEK 2017


RETOUR